Sécheresse et étiage

Sécheresse et étiage - Crise

 
 
Sécheresse et étiage - Crise

Le département de la Meurthe-et-Moselle passe en situation de crise sécheresse.

Situation dans le département de Meurthe-et-Moselle :

Crise sécheresse

À l’échelle du département et au regard de la situation météorologique, plusieurs communes alertent sur des pénuries d’eau potable dans les jours ou les semaines à venir. D’autres, et pour celles qui en disposent, ont déjà activé les alimentations de secours.

Le niveau des cours d’eau du département est au plus bas avec un assec de 50 % des débits de référence. Cet assèchement a un impact majeur sur la faune et la flore qu’ils abritent en provoquant un effondrement de la biodiversité pouvant mettre plusieurs années à se rétablir voire conduire à la disparition de certaines espèces autochtones.

En conséquence, compte tenu de la situation hydrologique du département, Arnaud COCHET, préfet de Meurthe-et-Moselle, a décidé de placer les zones « Moselle aval orne Nied et Seille » et « Moselle amont et Meurthe » en situation de crise.

Le préfet rappelle ainsi qu’il est absolument nécessaire qu’un effort collectif soit réalisé afin de préserver les capacités pour les enjeux prioritaires : l’alimentation en eau potable des populations, les usages en lien avec la santé, la salubrité publique, l’abreuvement des animaux, la préservation des fonctions biologiques des cours d’eau et la sécurité civile, et notamment la lutte contre les incendies.

La zone « Meuse aval et Chiers » demeure quant à elle en alerte sécheresse renforcée.

Détails des mesures de crise

L’objectif des mesures de « crise » est de prescrire aux usagers (particuliers, collectivités, entreprises, agriculteurs) des limitations provisoires d’usage de l’eau, proportionnées à l’intensité de la sécheresse.

Les services de l’État et les collectivités sont mobilisés pour faire respecter ces dispositions. Des contrôles seront réalisés sur tout le territoire pour s’en assurer. En cas de non-respect, des suites
administratives ou pénales pourront être mises en œuvre.

La situation de crise impose par exemple, quelle que soit l’heure de la journée :
• l’interdiction de lavage des véhicules,
• l’interdiction d’arrosage des pelouses, jardins privés, espaces verts publics et terrains de sport, une exception est faite pour les potagers et jardins familiaux destinés à une autoconsommation,
• l’interdiction de remplissage des piscines privées et publiques, hors raisons techniques ou sanitaires,
• l’interdiction de nettoyage des espaces extérieurs (voiries, terrasses, façades, toitures…) sauf par une entreprise de nettoyage professionnelle ou une collectivité et uniquement en cas de
problématique de salubrité publique,
• l’interdiction d’arrosage des golfs, sauf greens,
• l’interdiction d’irrigation par aspersion des cultures.

En plus de ces limitations provisoires, des mesures spécifiques sont prévues pour les industriels, les hydro-électriciens, la navigation fluviale et les travaux réalisés en cours d’eau.

CRISE

Cette situation exceptionnelle doit amener chacun à interroger et limiter sa consommation d’eau à toutes les échelles de la société (activités économiques, de loisirs ou sociales). Nous devons accepter « temporairement » une baisse de certaines de nos exigences non essentielles (accepter des pelouses jaunies ou des plantes fanées, rouler avec des véhicules professionnels ou personnels moins propres, que les rues ou les places ne soient pas lavées à grandes eaux…) et de décaler certains travaux gourmands en eau programmés au pic de la crise (arrosage des chantiers, construction de piscine…).

La multiplication des petits gestes du quotidien permet aussi des économies sur l’eau potable (seul 7 % de la consommation d’eau domestique sert à l’hydratation et à la préparation des repas) : ne faire tourner les machines à laver que lorsqu’elles sont pleines, éviter les bains, diminuer le temps sous la douche, fermer le robinet lorsqu’on n’utilise pas l’eau...

C’est un effort important qui est demandé à tous, proportionnel à la situation exceptionnelle à laquelle nous faisons face. Nos habitudes doivent évoluer durablement même en dehors des périodes de crise afin de palier les conséquences de plus en plus visibles du changement climatique. L’eau est une ressource précieuse que chacun doit préserver à son niveau.

CARTE

Retrouvez la carte interactive en cliquant ici

Les arrêtés préfectoraux :

> AP DDTDirection départementale des territoires-ERC-096 MAONS - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,88 Mb

> AP DDTDirection départementale des territoires-ERC-2022-099 MAM - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,89 Mb

> 20220728_APsecheresse_nDDT-ERC-2022-095_meuseAvalChiers_ALERTE-RENFORCEE - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,80 Mb

La carte :

> 20220812_MAM_MAONS_C_MAC_AR - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,22 Mb

Depuis plusieurs années, les épisodes de sécheresse se font de plus en plus nombreux et de plus en plus sévères en Meurthe-et-Moselle. Dans ce contexte, il est primordial de garantir une répartition de la ressource en eau équilibrée entre tous les usagers.

Cela nécessite une gestion de la ressource intégrant, en période d’étiage, la limitation voire la suspension de certains usages afin de garantir les usages prioritaires, en particulier l’alimentation en eau destinée à la consommation.

Au-delà de la gestion des épisodes de sécheresse, un comité “ressource en eau” composé de services et opérateurs de l’État, collectivités, acteurs économiques, associations, se réunit deux fois par an pour repenser nos usages de l’eau tout au long de l’année.

Le département de la Meurthe-et-Moselle est doté d’un arrêté cadre sécheresse qui définit les mesures progressives à mettre en place durant la période d’étiage. Cet arrêté est révisé régulièrement. Il fixe les seuils qui déclenchent l’entrée en vigueur des mesures de limitation provisoire des usages de l’eau.

La situation normale correspond à un niveau d’alimentation des cours d’eau et des nappes tel que tous les prélèvements du moment sont satisfaits.

Il existe 4 niveaux de gestion de la sécheresse :

  • vigilance : information et incitation à faire des économies d’eau
  • alerte : limitation de certains usages de l’eau
  • alerte renforcée : renforcement des limitations
  • crise : arrêt de certains usages non prioritaires

Le franchissement d’un seuil est constaté par un arrêté préfectoral de limitation provisoire des usages de l’eau (voir rubrique « arrêtés préfectoraux »).

Pour en savoir plus :

Contact :
Direction départementale des territoires de Meurthe-et-Moselle
Service environnement, eau, biodiversité
Mail : secheresse@meurthe-et-moselle.gouv.fr
Tél : 03 83 91 41 06