Actualités

Influenza aviaire en Meurthe-et-Moselle

 
 
Influenza aviaire en Meurthe-et-Moselle

Le 4 novembre dernier Julien Dernormandie, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a placé l'ensemble du territoire métropolitain en risque « élevé » au regard de la progression rapide du virus de l'influenza aviaire hautement pathogène en Europe et en France.

L’extension préoccupante des cas d’influenza aviaire hautement pathogène dans l’avifaune sauvage des départements de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle posent depuis quelques jours la question de l’élargissement des mesures de prévention et de lutte à des territoires plus étendus que ceux actuellement sous contrôle temporaire.

Jusqu’à présent, quatre zones de contrôle temporaire étaient déterminées dans un rayon de cinq kilomètres autour des cas confirmés sur :

  • le lac de Madine ;
  • l’étang de Lachaussée et ses étangs périphériques ;
  • l’étang du Haut-Fourneau ;
  • les étangs de la Forêt Domaniale de la Reine.

Pour limiter la diffusion du virus dans l’avifaune sauvage et réduire le risque d’introduction de celui-ci dans l’avifaune domestique, les territoires soumis aux mesures de contrôle temporaires sont dorénavant élargis à l’ensemble de la zone à risque particulier de LA WOEVRE. Cette décision des préfets de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle est prise sur la base des dernières analyses de risque établies par les experts des directions départementales en charge de la protection des populations de Meuse et de Meurthe-et-Moselle, de l’Office français de la biodiversité, et de la Direction générale de l’alimentation (Ministère de l’agriculture et de l’alimentation).

Dans l’ensemble des communes situées dans cette zone, les mesures suivantes sont applicables à compter de l’entrée en vigueur de l’arrêté préfectoral interdépartemental :

  • les élevages commerciaux sont mis à l’abri, les basses-cours sont recensées et strictement cloitrées,
  • les élevages sont mis sous surveillance renforcée, les règles de biosécurité y sont rigoureusement appliquées,
  • les mouvements dans les élevages commerciaux et les basses-cours sont maîtrisés,
  • la chasse au gibier à plume est strictement interdite. La chasse au gibier à poil peut faire l’objet d’une dérogation sous réserve d’une sensibilisation aux règles de biosécurité,
  • la pêche est interdite sur les plans d’eau. La pêche sur les cours d’eau peut faire l’objet d’une dérogation sous réserve d’une sensibilisation aux règles de biosécurité,
  • Les activités lacustres et les activités de loisirs en pleine nature en dehors des chemins (forestiers ou ruraux) sont interdites. Cette interdiction est également en vigueur sur les chemins qui bordent des cours d’eau, des canaux et des plans d’eau.

A ce jour aucun élevage commercial n’est infecté par le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène dans les deux départements. En revanche, un important foyer a été déclaré dans un élevage du département du Nord en fin de semaine dernière.

Cet évènement a entrainé la perte immédiate du statut indemne d’influenza aviaire hautement pathogène de la France avec des conséquences économiques graves pour la filière avicole.

Toutes les mesures seront prises pour éviter une dégradation plus importante de la situation sanitaire vis à vis de cette épizootie.

Il est rappelé que l’influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale très contagieuse pour les oiseaux. La découverte d’oiseaux morts doit être signalée à la direction départementale en charge de la protection des populations du département concerné.

DDETSPP 55 : ddetspp-animal-environnement@meuse.gouv.fr

DDPP 54 : ddpp@meurthe-et-moselle.gouv.fr

Pour rappel, la consommation de viande, foie gras, œufs – et plus généralement de tout produit alimentaire à base de volaille – ne présente aucun risque pour l’Homme.

> Téléchargez l'arrêté inter-départemental et la carte des zones concernées - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,93 Mb

 
 

A lire également :