Synthèse du rapport errance

Synthèse du rapport errance

 
 
Synthèse du rapport errance

Devant les difficultés rencontrées par les travailleurs sociaux pour accueillir et accompagner un certain nombre de personnes « difficilement gérables », la question se pose de l’adaptation des dispositifs aux besoins, attentes et particularités des publics les plus marginalisés.

  • Comment se fait-il que des personnes ne recourent pas à l’accompagnement proposé et aux hébergements sociaux garantis ?
  • Comment se fait-il que d’autres sollicitent régulièrement et chroniquement les services d’urgence sociale sans pour autant s’inscrire dans une démarche d’accompagnement et d’insertion par l’hébergement ?
  • Quels sont les obstacles rencontrés par les professionnels, autant que par les usagers, dans leurs pratiques des dispositifs d’urgence sociale ?

Pour tenter de répondre à ces questions, l’Ars s’est mise en relation avec l’université de Lorraine en 2016 pour réfléchir à une nouvelle façon de traiter le sujet. Un accord a été trouvé rapidement pour le traiter dans la durée (8 mois d’étude et diagnostic) et donc appréhender la réalité complexe du sujet. Enfin il s’agissait d’associer les principaux intéressés, c’est à dire les gens de la rue, et de dégager des pistes d’action pour l’association et les pouvoirs publics.

Animée par un chercheur en sociologie (Thibaut Besozzi), soutenue par Hervé Marchal (sociologue de l’université de Lorraine) et Rémi Bernard (directeur de l’Ars), cette étude a d’emblée fédéré les soutiens de l’État, la ville de Nancy et la Métropole qui ont accepté son financement à partir de l’été 2017. Le présent rapport est le fruit de cette étude. Il entend apporter des éléments de réponse à ces questions.

> Rapport SYNTHESE, De l'errance chronique à la stabilisation - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,48 Mb