Canicule

 

Canicule

ORSEC (Organisation de la Réponse de la SEcurité Civile), Dispositions Spécifiques CANICULE

La canicule exceptionnelle de l'été 2003 a entraîné une surmortalité estimée à près de 15 000 décès. La France n'avait jamais été confrontée à de telles conséquences sanitaires engendrées par un chaleur extrême. Ce phénomène a révélé la nécessité d'adapter le dispositif national de prévention et de soins.

L'objectif du plan national canicule (PNC) est de définir les actions de court et de moyen termes dans les domaines de la prévention et de la gestion de crise afin de réduire les effets sanitaires d'une vague de chaleur.

Une canicule se caractérise par la combinaison de trois caractéristiques : de fortes chaleurs le jour, la nuit et sur une période prolongée.

Qu'est-ce que la Plan canicule ?

Le Plan canicule est un plan de prévention et de gestion :

  • prévention de l'impact sanitaire d'une vague de chaleur
  • gestion de ses conséquences sanitaires

Le plan sur le risque caniculaire mis en place dans le département de la Meurthe-et-Moselle doit répondre à des objectifs qui correspondent à la mise en place des mesures en faveur des personnes âgées, des personnes handicapées, des personnes en situation précaire, des enfants en bas âge, des travailleurs et des sportifs.

Le dispositif de veille et d'alerte repose d'une part sur un système de surveillance météorologique environnementale et sanitaire et, d'autre part, sur la prévention des risques liés à la canicule.

ORSEC canicule se décline sur quatre niveaux :
 

  1. Niveau 1 de la veille saisonnière à compter du 1er juin jusqu'au 15 septembre (période de veille prolongée par rapport à l’année dernière). Le dispositif de communication préventive doit permettre d’informer et de sensibiliser les populations sur les conséquences sanitaires d’une canicule et sur les moyens de s’en protéger.
  2. Niveau 2 d’avertissement chaleur, répondant au passage en jaune de la carte de vigilance météorologique. Il permet la mise en œuvre de mesures graduées et la préparation à une montée en charge des mesures de gestion par les Agences Régionales de Santé (A.R.S). Il constitue un niveau de communication renforcée en direction du public et des acteurs.
  3. Niveau 3 de l’alerte canicule, répondant au passage en orange sur la carte de vigilance météorologique. Il est déclenché par le préfet de département avec l’appui de l’A.R.S correspondant à la mobilisation des services et à la mise en œuvre des mesures d’information et de gestion adaptées à la prise en charge des personnes à risque.
  4. Niveau 4 de la mobilisation maximale répond au passage en rouge sur la carte de vigilance météorologique. Il est déclenché au niveau national par le Premier ministre sur avis du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de l’intérieur.

Pour la Meurthe-et-Moselle, les seuils bio-météorologiques, moyenne sur 3 jours des températures, fixés par l'INVS à la station de Nancy-Essey sont les suivants :

Seuil minimal : 18°C
Seuil maximal : 34°C

Ces seuils correspondent aux premiers effets sanitaires sur les populations sensibles aux températures extrêmes (personnes âgées et handicapées, enfants en bas âges, personnes en situation précaire, sans-abri) pouvant justifier le déclenchement du niveau 2 par le préfet.

Petit mémo des signes d'alerte chez la personne âgée : 

* Modification du comportement habituel, grande faiblesse, grande fatigue, difficulté inhabituelle à se déplacer

* Céphalées, étourdissements, vertiges, troubles de la conscience, voire convulsions

* Nausées, vomissements, diarrhée, soif * Crampes musculaires * Température corporelle élevée (supérieure à 38,5°C)

* Agitation nocturne inhabituelle

Si vous êtes une personne âgée, isolée ou handicapée, pensez à vous inscrire sur le registre de votre mairie ou à contacter votre Centre Communal d'Action Sociale (CCASCentre communal d'action sociale).
 Vous bénéficierez ainsi d'une aide en cas de canicule.

"SI VOUS VOYEZ UNE PERSONNE VICTIME D'UN MALAISE OU D'UN COUP DE CHALEUR, APPELEZ IMMÉDIATEMENT LES SECOURS EN COMPOSANT LE 15" 

Pour plus d'informations : 0 800 06 66 66 (appel gratuit)

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES EN CAS DE FORTES CHALEURS

  • maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
  • buvez régulièrement et fréquemment de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
  • rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps au moins le visage et les avants bras plusieurs fois par jour ;
  • passez si possible 2 à 3 heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché...) ;
  • évitez de sortir aux heures les plus chaudes (11 h – 21 h) et de pratiquer une activité physique ;
  • donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et dès que nécessaire, osez demander de l’aide
  • en période de fortes chaleurs ou de canicule, on reste en contact avec son entourage
  • en cas de malaise ou de coup de chaleur on appelle le 15 ou le 112

RECOMMANDATIONS SPÉCIFIQUES POUR LES POPULATIONS PARTICULIÈREMENT SENSIBLES

Personnes âgées

Les personnes âgées sont plus fragiles que l’ensemble de la population. Ainsi, en plus des recommandations générales, des dispositifs spécifiques les concernent.
 
La mise en place des Plan vermeil et Plan bleu permet d'aider les personnes âgées, qu’elles vivent à domicile ou dans des établissements spécialisés.
 
En pratique, avant la vague de chaleur, il est fortement recommandé aux personnes âgées et aux personnes handicapées vivant à domicile de se signaler à la mairie de leur domicile pour se faire inscrire sur le registre tenu par le centre communal d'action sociale (CCASCentre communal d'action sociale). Ce recensement permet, en cas de fortes chaleurs, de coordonner l'intervention des services sociaux qui pourront ainsi organiser des visites régulières (par des bénévoles et/ou des professionnels) aux domiciles des personnes âgées et des personnes handicapées. Il s'agit d'une démarche volontaire, l'inscription sur le registre se fait uniquement sur demande de la personne.
 
Dans un souci de mise à jour des données recueillies, il est important que la personne inscrite sur le registre veille à informer sa mairie de toute modification de ses coordonnées.

Sportifs

Une personne qui n’est pas entraînée ne doit pas démarrer ou reprendre une activité physique ou sportive en période de forte chaleur. Pour un sportif entraîné, les mesures suivantes sont nécessaires :

  • ne commencer une activité physique que si l’on est en pleine possession de ses moyens; ne pas participer à une compétition ;
  • réduire les activité physiques et sportives, et éviter absolument les activités effectuées au soleil ou aux heures les plus chaudes de la journée (11h-21h) ;
  • pratiquer son activité physique à l’ombre et en milieu aéré ;
  • porter un chapeau à large bord et se protéger la nuque ; éviter les coups de soleil (crème solaire) ; porter des lunettes de soleil ; s’asperger régulièrement le visage et la nuque d’eau ;
  • porter des vêtements amples, aérés et clairs ; les chaussures doivent si possible permettre une bonne évacuation calorique avec un isolement au niveau de la semelle ;
  • en cas de céphalées, de troubles de la vue, de sensations anormales (équilibre, jugement…) : arrêter l’exercice physique, s’asperger d’eau et rester à l’ombre dans un endroit aéré ;
  • contrôler son hydratation : boire avant, pendant et après l’effort, à raison de 10 cl (un verre) toutes les dix minutes.

Il faut boire avant, pendant et après l’effort, à raison de 10 cl (un verre) toutes les dix minutes.

  • Pendant l’effort : éviter de boire de l’eau pure en trop grande quantité et préférer des solutions contenant 30 à 80 g/l de glucose et 400 à 1100 mg/l de sodium.
  • Après l’effort : le contrôle du poids sur la balance permet d’estimer le volume d’eau perdu. On choisira une eau minéralisée en bouteille à laquelle on ajoutera 50 grammes de sucre ou des solutions préparées que l’on trouve dans le commerce.

Attention à la composition des boissons si l’on est soumis à un régime appauvri ou sans sel : l’avis d’un médecin est nécessaire.

Travailleurs

Le travail dans des bureaux et des espaces installés dans des bâtiments à forte inertie thermique, un travail physique exigeant (manutentions lourdes et/ou très rapides), des pauses de récupération insuffisantes, le port de vêtements de travail empêchant l’évaporation de la sueur, exposent tout particulièrement aux complications de la chaleur. Les personnes qui sont exposées à une forte chaleur dégagée par les machines, les produits et les procédés de travail comme c’est le cas dans les fonderies, les boulangeries, les pressing, ou l’industrie agroalimentaire…. et les personnes qui utilisent des produits chimiques (solvants, peintures…) devront être particulièrement attentives à la survenue de signes pouvant faire évoquer des complications de la forte chaleur.
 
 Pour en savoir plus :

> affiche_caniculetravailleurs_bd_40x60 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,99 Mb

 
 Enfants

La chaleur expose les nourrissons et les enfants au coup de chaleur et au risque de déshydratation rapide : ils sont plus sensibles à ces risques du fait de leur jeune âge et ne peuvent accéder sans aide extérieure à des apports hydriques adaptés.

  • Les parents doivent donc leur faire boire régulièrement des boissons fraîches, en plus du régime alimentaire habituel, même en l’absence de demande, et les aider à boire.
  • Les promenades et sorties seront limitées pendant les pics de chaleur, particulièrement avant l’âge de un an, toujours avec des vêtements légers, amples, de couleur claire, sans oublier un chapeau.
  • A l’intérieur, ne pas hésiter à laisser les bébés en simple couche, particulièrement pendant le sommeil, aérer les pièces et occulter les fenêtres exposées au soleil durant la journée.
  • Proposer des bains fréquents dans la journée (un à deux degrés au-dessous de la température corporelle).
  • Lors des déplacements en voiture, emporter des quantités d’eau suffisante et ne laisser en aucun cas les enfants seuls dans une voiture, même pour une courte durée.

Les parents doivent rester vigilants vis-à-vis de l’apparition de symptômes évocateurs lorsque les périodes de fortes chaleurs sont cumulés avec des épisodes de pollution. Ne pas hésiter à prendre un avis médical devant l’apparition de toux, rhinite, gêne respiratoire, irritation de la gorge ou des yeux ; ces pics pourraient, en effet, révéler une sensibilité particulière de certains enfants.

Les parents d’enfants asthmatiques doivent signaler l’asthme de leur enfant aux responsables de la structure qui les accueille (école, club sportif, de loisirs, de vacances).

Quels sont les signes qui doivent alarmer chez les enfants ?
 Les premiers signes du coup de chaleur associent une fièvre, une pâleur, une somnolence ou une agitation inhabituelle, une soif intense avec une perte de poids. Il faut mettre l’enfant dans une pièce fraîche, lui donner immédiatement et régulièrement à boire, faire baisser la fièvre par un bain un à deux degrés au-dessous de la température corporelle.

En cas de troubles de la conscience, de refus ou d’impossibilité de boire, de coloration anormale de la peau, de fièvre supérieure à 40°C,
 appeler le SAMUService d'aide médicale urgente en composant le 15.

Documents à télécharger :

> Canicule les bons réflexes - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,79 Mb

> Canicule fiche travailleurs - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,48 Mb

> Plan canicule 2018 dispositions ORSEC - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,99 Mb

> Plan national canicule 2018 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,45 Mb

Liens à visiter :

Site de l'Institut de Veille Sanitaire

Site de l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé

Site de Météo France

Site du ministère des Solidarités et de la Santé

Pour plus d'informations :

http://www.sante.gouv.fr/canicule-et-chaleurs-extremes.html