Actualités

Nouvelle réunion du comité départemental de lutte contre la PPA

 
 
Nouvelle réunion du comité départemental de lutte contre la PPA

Eric Freysselinard, préfet de Meurthe-et-Moselle, a réuni, mercredi 24 octobre 2018, les membres du comité départemental de lutte contre la peste porcine africaine afin de présenter les dernières mesures de prévention d’introduction de la maladie.

Les résultats favorables obtenus après quatre semaines de recherche intensive et de dépistage des sangliers trouvés morts le long de la frontière franco-belge confirment l'absence de cas de peste porcine africaine (PPA) dans la faune sauvage et le statut indemne de la France.

Compte tenu de ce contexte épidémiologique favorable en France et de la pose des premières clôtures le long de la frontière avec la zone réglementée belge sur une cinquantaine de kilomètres, il a été décidé de modifier par arrêté ministériel en date du 19 octobre 2018 le zonage actuel et de redéfinir la zone d’intervention :

- la zone d’observation renforcée a été restreinte aux 32 communes situées à moins de 10 km des zones infectées en Belgique, les plus exposées au risque d'introduction de la maladie.

Dans cette zone, La reprise des activités économiques et de loisir en forêt est autorisée. Il en est de même pour la reprise de certaines activités de chasse, sans chien (chasse à l’affût, chasse à l'approche et battues silencieuses) sous condition du respect des règles de biosécurité par les chasseurs pour lesquels des formations sont organisées. L’objectif est de réduire les populations de sangliers sauvages par des modes de tirs les moins dérangeants possibles de façon à limiter au maximum les mouvements de sangliers.

Les battues avec chien et l'agrainage restent interdits.

En complément, le préfet de Meurthe-et- Moselle précise (par arrêté du 25 octobre) que tout détenteur de chien doit tenir son chien en laisse dans la zone d’observation renforcée.

- la zone d’observation se limite désormais au reste des communes préalablement situées en ZOR (18 communes).

L'ensemble des restrictions concernant la chasse et les autres activités en forêts sont levées dans cette zone.

Le préfet de Meurthe-et-Moselle demande d’engager une reprise des activités de chasse, de veiller à la poursuite des activités de surveillance des mortalités de sangliers afin de détecter le plus précocement possible toute éventuelle apparition de la maladie. Une vigilance toute particulière est également demandée aux éleveurs et aux vétérinaires qui doivent s’assurer régulièrement du respect des obligations de biosécurité dans les élevages de porcs, y compris pour les détenteurs non professionnels.

 
 

A lire également :